Karin Et David - Louisiane

dimanche, le 15 janvier 2006, 15h25

Keep Austin Weird

b on, après quoi ... un mois déjà ! ... de silence, il semble qu’il va falloir décidément s’y remettre, ne serait-ce qu’histoire de maintenir un certain quota de lecteurs plus ou moins réguliers ;-)
Donc, reprenons les choses où nous les avions laissées : en novembre !Maintenant que tout cela a bien décanté, je devrais pouvoir vous épargner tous les détails futiles et fastidieux et aller à l’essentiel.

d onc, pendant la semaine de Thanksgiving, nous avons remercié les Indiens d’avoir appris des rudiments d’agriculture aux premiers yankees et surtout d’avoir du coup donné une semaine complète de congé aux enseignants. Pas de dinde au programme pour nous (je n’aime pas ça du tout) mais beaucoup mieux que ça : quelques jours à Austin, capitale du Lone Star State (le Texas, pour ceux qui ne suivent pas).
Les raisons qui m’ont donné envie sont du même ordre que celles qui m’ont mené à Memphis : essentiellement musicales. J’ai cherché Austin sur la carte des Etats-Unis le jour où j’ai appris que c’était la ville où vivait Daniel Johnston, artiste follement génial ou génialement fou (c’est comme on veut et la différence est mince).
http://www.hihowareyou.com/


Portrait et dessin de Daniel Johnston

Ensuite, ici en Louisiane, on nous a dit qu’Austin était une des villes les plus européennes du Sud (en général assez redneck et fermé, il faut bien le dire). On nous a aussi dit que c’était un repaire d’intellectuels, d’artistes, de beatniks, de musiciens et autres dépravés dont nous aimons bien nous entourer.
Donc, comme dans les Tex Avery ( diable, je commence à citer les mêmes choses que Dick Rivers, c’est grave docteur ?) le fumet d’Austin nous titillait les narines depuis qu’on avait atterri ici, à Lake Charles, dans ce qui ressemble de plus en plus au rectum de la Louisiane, elle-même gros colon des Etats-Unis (et cela quoi qu’en disent les guides touristiques français, fabulant sur dieu sait quel mythe mort et enterré).

Austin est une petite ville estudiantine au centre-sud du Texas, à l’ouest de Houston et au nord-est de San Antonio. C’est devenu la nouvelle capitale du Texas vers 1900, après que Galveston (située sur une presqu’île à 3/4 d’heure de Houston) ait été quasi rayée de la carte par un ouragan du genre de Katrina.

Sur la carte et dans les guides, Austin a l’air d’une jolie petite ville calme et cozy. Mais hélas, comme toutes les villes du Sud que nous avons visitées jusqu’ici, elle semble avoir été construite autour et en fonction de l’autoroute qui la traverse du nord au sud et du réseau tentaculaire qui y est relié. Autre chose assez peu commune et pourtant courante au Texas, il n’y a quasiment pas de signalisation routière : il faut être entré dans Austin pour se rendre compte qu’on y est. Bref, les 6 heures de route pour y arriver furent des plus linéaires et calmes, mais c’est une fois arrivés que les choses se sont corsées. M’enfin, on a fini par trouver notre hôtel, bucolique à souhait, situé juste en dessous d’un loop autoroutier. De toute façon, chercher un hôtel pas trop cher et situé en dehors de ces zonings hôteliers, c’est peine perdue ici. Dans la culture d’ici, il faut que les choses soient pratiques et fonctionnelles avant tout. Dans cette optique-là, l’hôtel au bord de l’autoroute, c’est le super pied. Cela dit, on va pas être bégueule, l’hôtel était très bien et pas cher du tout (on a marchandé, avec succès !), et puis : on n’a jamais fait qu’y dormir.

À Austin, on a visité tout le downtown qui a pas mal de charme. Les plus vieux bâtiments datent du début du 20e siècle et jouxtent quelques gratte-ciels qui donnent à Austin des faux airs de grande ville. On s’est donc pas mal baladés à pied (enfin !) sous un cagnard incroyable pour la saison. Pensez : je me suis tapé une insolation 2 semaines après la Toussaint ! Et un coup de soleil. On a cherché l’office de tourisme de la ville pendant facilement 3 heures. Celui-ci avait déménagé – sans prévenir personne, apparemment – et n’avait même pas encore sa propre enseigne (il portait encore celle d’un ancien snack). On nous a conseillé sans beaucoup d’enthousiasme l’une ou l’autre promenade dans la ville. On a décidé de faire ça comme d’habitude : au pif. Et c’était pas plus mal.


Downtown Austin où maisons et gratte-ciels se côtoient


Encore le downtown... toujours... et encore...

On a quand même visité le capitole du Texas, siège du gouvernement texan. Le bâtiment, comme tous les capitoles que j’ai vus, est moche, très grand, bien propre et tout brillant. Avec en prime, une photo d’un de ses illustres gouverneurs (ben oui, W), tout droit sous le dôme, comme un fromage qui pue sous une cloche. Chiant.


Intérieur de la cloche à fromage

Cette année, il y a de fortes chances pour que Kinky Friedman, chanteur country déjanté et écrivain de polars génial, devienne le nouveau gouverneur du Texas. Ça devrait faire du bien à cet état, et ça constituera à coup sûr une excellente raison supplémentaire de passer par Austin. http://www.kinkyfriedman.com/

J’ai dû acheter une casquette, histoire de protéger mon œuf et de pas me choper un malaise. Visiblement, j’ai dû la choisir trop voyante ou trop grande parce qu’une punkette à chien m’a hélé et couru après pour me gueuler en rigolant : « Your hat’s too big for your head ! », à quoi j’ai répondu : « Good ! It must mean I ain’t got a big head. » (sous-titrage Antiope: « Ta casquette est trop grande pour ta tête! » « Bien ! Ça veut dire que j’ai pas la grosse tête. »)
Le downtown est surtout administratif et du coup, pas très peuplé ni très agréable.

On y a visité le « musée » des beaux arts d’Austin, qui n’a aucune collection permanente. C’est une galerie qui accueille des expos l’une après l’autre. On y a vu l’expo du moment : Dr Seuss, sa vie et son œuvre. Dr Seuss est un tout grand illustrateur pour les tout-petits. C’est lui qui a, entre autres choses, créé le personnage du Grinch. On a aussi pu voir une série de sculptures qu’il a réalisées : des têtes d’animaux imaginaires empaillées. Il a mélangé des éléments réels (becs, cornes, plumes) avec du bois et d’autres matériaux. Bluffant. Et puis ses cartoons politiques anti-guerre moins connus mais très bien aussi.
http://www.seussville.com/


Un dessin et un animal empaillé par le Docteur

On est aussi allés dans une galerie d’art féminin vraiment très très bien et avec des œuvres et artistes très variés. (Dans la galerie on a même entendu un vieux disque de Gainsbourg !) http://www.womenandtheirwork.org/aboutwtw.htm

On a aussi pu apprécier un peu d’art de rue, forme qu’on apprécie particulièrement Karin et moi. Divers stickers, posters, pochoirs et graffiti, qu’on n’a que trop rarement pu observer depuis qu’on est ici, répression policière oblige.

La plus belle œuvre qu’on a vue est sans conteste la mythique fresque « Hi How are you ? » de Daniel Johnston, qu’il avait à l’origine peinte sur la façade d’un magasin de disques. La fresque a failli être détruite lorsque le disquaire a fait faillite et que le magasin est devenu un snack tex-mex. (plus de détails ici : http://www.hihowareyou.com/mural.htm )

Juste à côté, je me suis acheté le t-shirt avec le dessin en question. (fanitude oblige...)

On s’est beaucoup promenés sur Guadalupe boulevard qui est ce qu’on a vu de plus chouette à Austin. C’est le quartier de l’université. C’est agréable, vivant, plein de chouettes magasins, de galeries et de choses à voir, à faire et à manger.


Austin au mur


Fresque ciné


Johnny Cash et Bob Dylan

Il y a notamment plein de magasins de fripe. Dans l’un d’entre eux, je me suis acheté une chemise de cowboy lilas (Texas oblige... !). C’était un excellent magasin, une vraie caverne d’Ali Baba pour les amoureux de la fripe et des gadgets vintage 60s-70s. En plus de ça, ils passaient de l’excellente musique. Bref, une bonne adresse pour ceux qui auraient la bonne idée de passer par Austin. (Blue Velvet, 2100 B Guadalupe blvd, Austin, TX) J’ai demandé à la vendeuse si Daniel Johnston donnait des concerts ce jours-ci à Austin et elle m’a répondu que non. Zut. Mais elle m’a donné l’adresse d’un disquaire où Daniel mettait ses cassettes artisanales en dépôt. Chouette.

Dans le downtown, il y a aussi un impressionnant magasin d’artisanat mexicain, Tesoros Trading Company, où on peut trouver des masques de catcheur mexicain, des petits squelettes peints, des porte-clés Frida Kahlo et tout le catalogue de l’excellent label de David Byrne, Luaka Bop. (http://www.luakabop.com/)

Tesoros Trading Company

Bon, je vais arrêter de faire mon Routard ou mon Petit Futé et terminer de vous raconter ce qu’on a fait.

Austin est réputée pour être la Live Music Capital of America. Ainsi, tous les établissements de la célèbre 6th Street sont dédiés à la musique et aux concerts. On peut aussi y manger et y boire si on veut.


6th Street

On est allés dans un pub irlandais et on a assisté à une soirée «open mic» (micro ouvert). Le principe est simple : il y a une scène, un micro branché, quelques amplis et une sono. Et un public. Qui veut jouer ou chanter son répertoire ou celui d’un autre et tâter de la scène, se pointe au pub, le fait savoir au bar. Ensuite, chaque participant peut jouer 3 morceaux, et c’est tout. En gros, le meilleur côtoie le pire, mais ça m’a bien plu. C’était vraiment très varié : du métalleux-progressif tendance Steve Vai qui massacrait sa guitare acoustique, à la folkeuse sombre tendance Cat Power, en passant par le mariachi aphone et embrouillé dans ses cordes (vocales et de guitare) qui nous roucoulait des bluettes en espagnol. J’ai savouré la très belle version de Colours de Donovan jouée et chantée admirablement par un monsieur nettement plus âgé que les autres, qui avait pas mal de trac et était dévoré des yeux par sa compagne visiblement toujours très amoureuse. Très chouette moment.

On est pas resté aussi longtemps qu’on aurait voulu, parce que j’avais un mal de crâne épouvantable (soleil texan oblige). Du coup, j’ai même pas touché à mes fish & chips.

Un peu partout, on a vu des affiches « Keep Austin Weird » (littéralement : Gardez Austin aussi bizarre qu’elle l’est). On nous a expliqué que les spéculations immobilières récentes à Austin ont rendu les loyers inaccessibles aux artistes et musiciens qui y avaient élu domicile. Ce qui menacerait à court terme la vie artistique et musicale qui ont fait la réputation de la ville.

Un soir, on a fait un tour de la ville dans un de ses trolleys gratuits. Il y a un double inconvénient : on ne voit rien à travers les fenêtres et elles sont impossibles à ouvrir, et puis, dès que le soir tombe, les trolleys deviennent un abri pour les clochards et autres freaks qui parlent tout seuls (quand ce n’est pas avec vous). Bref, pas glop.

Mais Austin, il faudra qu’on y retourne.
D’abord, parce qu’on peut y voir une colonie de plus d’un million de chauve souris qui nichent sous le même pont, et qui s’envolent tous les soirs quand le soleil se couche. Avec notre chance légendaire, on est arrivés quelques semaines trop tard et les chauves souris étaient déjà au Mexique.
Ensuite parce que le disquaire qu’on m’avait conseillé était fermé le jour où on a voulu y aller.
Et puis aussi parce que je n’ai pas vu Daniel Johnston. Et pour cause : le dernier jour qu’on a passé à Austin, il se faisait hospitaliser dans un état très critique. Il en est sorti le 24 décembre dernier. « Hallelujah ! » comme il a dit sur la route d’Austin, alors qu’il rentrait chez lui.

À très bientôt.

David
Commentaires
{ 1 }

C'est toujours un plaisir de vous lire. On a envie d'y 'tre...

Melissa { janvier 16, 2006 8:43 AM }
{ 2 }

Hello les globe-trotters !

Ouf, les éléments se sont enfin calmés au pays de l'Oncle Sam. Vous pouvez donc reprendre le cours de vos activités et partir à la découverte des villes et des gens.

J'avoue que le fameux Daniel Johnston m'est tout à fait inconnu ...mais David m'a donné envie d'en savoir plus à son sujet ! Je m'en vais donc parfaire ma culture musicale !

Portez vous bien et continuez à nous faire partager vos expériences américaines ! Biz et ... Bonne Année à vous deux !

Laurence

Laurence { janvier 16, 2006 9:27 AM }
{ 3 }

Bravo et merci ,

Je craignais que votre rage d'écrire et de décrire soit retombée.Merci de me refaire vivre certains paysages oubliés .

Ne vous arretez surtout pas .

Géraldine et Jean

Geraldine et Jean { janvier 16, 2006 12:32 PM }
{ 4 }

Salut à vous 2

C'est chouette de lire vos aventures au soleil alors qu'ici ce serait plustôt la drache nationale et le froid de canard qui nous donnent mal au cr‚ne !

Dans le genre pop-rock-folck par curiosité allez donc visiter le site de Kevin Montgomery ( www.kevinmontgomery.com )l'historique familial vaut déjà le déplacement ... et dites-moi ce que vous en pensez. Moi je l'aime bien.

Bisous et à dans pas longtemps.

Babou et Papy

Babou { janvier 17, 2006 1:34 AM }
{ 5 }

Merci pour vos descriptions hautes en couleurs. On a vraiment l'impression que vous 'tes sur la planète Mars !

Bisous. Isabelle

P.S. SVP plus de photos de vous deux, car on ne vous voit pas beaucoup.

Isabelle { janvier 17, 2006 7:06 AM }
{ 6 }

Super! ça recommence pour qq épisodes!

Austin ça donne envie d'aller au Texas! Qui l'e?t cru?

A très vite! bizzz

isa { janvier 17, 2006 3:25 PM }
{ 7 }

Prenez du bon temps!

Ravie d'avoir de "bonnes nouvelles".

Chouette de lire "vos aventures".

Je vous embrasse.

Annick Peten.

annick { janvier 18, 2006 12:15 PM }
{ 8 }

Hola les z'amoureux!

On n'a pas beaucoup de temps, mais vite ce petit mot pour vous retirer, encore une fois de plus, notre chapeau pour tous ces récits si interressants et marrants!!! A pour quand le "Lonely Planet" ?

Bizzz

Fabienne, Vic, Pablo et Guillermo

fabkke { janvier 18, 2006 1:56 PM }
{ 9 }

Coucou les z'amis, alors comme ça, il faudra retourner à Austin : les chauve-souris pour Karin et le disquaire pour David ! Non, on blague. A part cela, on n'a pas de chance avec Skype. Vous n''tes jamais connectés quand on essaie. Une petite question : le Père Noèl a-t-il effectué sa livraison ??? Cela commence à faire long et on se demande si quelqu'un d'autre n'en a pas profité.

Gros bisous

DD et Mam-anne

PS. La famille s'agrandit au mois de juillet, Arnaud va 'tre Papa

Mam/Anne & DD { janvier 22, 2006 10:17 AM }
{ 10 }

T'as décidément une jolie plume...c'est très agréable de te lire.On pense à vous.

gé, lila & stef

gé { janvier 24, 2006 4:55 AM }
{ 11 }

ô frustration! J'espérais une photo de la casquette trop grande de David (ou de sa t'te trop petite) et une photo de Karin déguisée en Batman, pendue la t'te en bas sous le pont, incognito à attendre l'envol des chauve-souris!

Je vous embrasse

Marc

elmarek { janvier 26, 2006 3:29 AM }
{ 12 }

Quel délice de suivre vos aventures !

A bientôt,

bri et Barnabé

bri, mam de Barnabé { février 5, 2006 5:25 AM }
{ 13 }

chouette, les épisodes reprennent! Je craignais de devoir relire les anciens pour me sentir près de vous.

Envoyez-nous plus de photos de vous, vous avez l'air de tellement vous amuser.

A très bientôt, dans vos récits toujours aussi passionnants.

Bisous.

Christine.

christine { février 7, 2006 3:28 PM }
Poster un commentaire

















Keep Austin Weird: http://www.karinetdavid.com/louisiane/austin_texas/keep_austin_weird.html