Karin Et David - Louisiane

dimanche, le 28 mai 2006, 16h01

Sea & Texan sun

g alveston, du 1er au 3 janvier 2006

Nous voilà arrivés à notre quatrième et dernière destination texane !
Ici, à Galveston, dans cette ancienne métropole du Texas, nous nous la sommes jouée étoile des mers.

l a route est assez longue entre San Antonio à l’île de Galveston, surtout pour David et Bernard, assis à l’arrière de la voiture. Ils ont des paquets, des cornes et un crâne de vache à leurs pieds. On s’arrête le plus souvent possible pour qu’ils puissent se dégourdir les jambes.

On arrive le soir du 1er janvier 2006 à Galveston, île texane, anciennement premier port du Texas et métropole croissante à la fin du 19e siècle. Elle a aussi été très brièvement capitale de la nouvelle République du Texas. En septembre 1900, c’est l’ouragan le plus mortel que les Etats-Unis aient jamais connu à ce jour qui rase la ville. Bilan : entre 6000 et 12000 morts. Sur 42000 habitants, c’est pas mal. Suite à cela, la ville perd en importance, même si de grandes levées ont été construites deux ans après.

Nous arrivons par le pont qui relie la terre ferme à l’île. Mais nous ne voyons rien, étant donné l’heure tardive. On achète un plan de la ville et on se met à la recherche de notre Bed & Breakfast, Avenue O. La propriétaire nous attend pour nous donner les clés et nous montrer nos appartements...
Quand nous avons réservé les chambres en décembre, on s’est basé sur les photos de son site internet. La réaction qu’on a eue : kitsch pour kitsch, autant prendre l’extrême pour finir notre séjour en beauté.
Les chambres sont situées dans une petite maison à l’arrière du jardin. En découvrant la chambre, on est quand-même un peu surpris, il y a un gros détail qui ne figurait pas dans le descriptif des chambres : l’humidité omniprésente. Tellement même que les draps paraissent mouillés. Mais sinon, le reste nous fait bien sourire et même pisser de rire ! David et moi occupons la chambre Safari et Sylvia et Bernard la European Suite. Toutes les deux sont décorées en fonction de leur thème. Nous avons droit à la peau de léopard au pied du lit, le poster d’un tigre, des statuettes « ethniques » (comme ils les appellent ici), la soie au plafond et aux murs, la douche qui tombe en morceaux, et le plus bel objet : une fausse fontaine illuminée et qui fait du bruit, comme dans les restos chinois. Ça se sent que la dame aime les voyages et l’art !

Et Sylvia et Bernard ont droit à un bain à bulles encastré. Pour s’y baigner, il ne faut vraiment pas souffrir de claustrophobie ! Et puis, eux ils ont droit à de jolis dessins de vues parisiennes. Ben oui, c’est l’Europe, quoi ! Tout ce qui compte ici, c’est l’emballage (une fois de plus).

Ce n’est que le lendemain, au petit-déjeuner que les choses empirent ! La proprio nous raconte qu’elle adoooore cuisiner et qu’elle met un point d’honneur à préparer le petit-déjeuner elle-même pour ses clients. Nous nous laissons donc servir ce petit-déjeuner bourratif dans des assiettes portant des souvenirs des petit-déjeuners précédents. Je vous épargne les autres détails : restes de nourriture durcis et collés au bord du verre, le muffin très bon, mais pourquoi toute cette crème par dessus ? et pourquoi un soufflé aux courgettes au petit-déjeuner? Nous vidons presque tous nos assiettes, pour ne pas froisser la patronne, mais c’est dur ! Au premier peti-déj’ un couple de jeunes mariés était attablé avec nous. Eux trouvaient ça excellent. Nous ne sommes que de sales gosses gâtés, au fait ! Le côté positif, c’est que c’est économique, étant donné qu’on tient le coup sans manger jusqu’au soir.

Nous découvrons la plage le 2 janvier, il fait plein soleil, ciel bleu, du vent mais pas trop. Il fait chaud sans faire crevant. Parfait donc pour nous, petits Belges habitués à être mouillés jusqu’aux os à cette période-ci de l’année. Par contre, l’eau n’est pas exceptionnellement bleue ni belle.

Première chose que je fais : enlever les chaussures... aaaahhh, ça fait du bien... on se promène, on fait des photos des mouettes, des méduses échouées, des poissons morts, de tout ce qui nous entoure.

De la digue, de grandes constructions sur pilotis abritent des magasins de souvenirs. Tu veux un t-shirt, un filet de pêche, des coquillages peints, des portes-clés, des carapaces d’escargots peints qui servent de refuge à des bernard-l’ermites , pas de problème, ils vendent ! La digue s’étire tout le long d’un gros boulevard. Ça rend la plage nettement moins belle.

On retourne vite à la plage, on s’assied sur les jetées et on admire des dauphins qui nagent au loin.

Nous nous arrêtons pour prendre une glace, mais ici il n’est pas question de parler en anglais, même tous les panneaux avec les prix sont en espagnol. On réussit quand-même à se faire comprendre.

Deuxième partie de la journée : la visite du vieux centre, The Strand. Quelques rues avec des maisons au style victorien sont à y admirer. Peu de maisons ont survécu à l’ouragan de 1900, mais ils ont vite reconstruit à l’époque. Il y a aussi un vieux tram qui fait des aller-retours dans 2 rues.

Au bord du vieux downtown, se trouve l’embarcadère pour les grands paquebots. J’aime bien cette vue du vieux downtown sur les bateaux à quai. Par contre, je n’envie pas les touristes qui font une croisière et ont 3 heures pour courir dans la ville, voir un maximum et acheter des souvenirs en vitesse. C’est hélas pour cette raison qu’il y a aussi beaucoup de magasins de souvenirs dans le vieux centre. Mais, on arrive à faire abstraction de pas mal de choses quand il fait beau et que l’architecture est agréable.

Le soir, nous « clôturons » notre séjour et fêtons l’anniversaire de Bernard dans un bon resto de fruits de mer.

Le lendemain matin, le voyage se termine et nous conduisons Sylvia et Bernard à l’aéroport de Houston après un petit-déjeuner copieux et difficile à digérer.
« Je vous fait 10% sur votre prochain séjour » nous dit la patronne. Nous sourions poliment et embarquons nos valises dans la voiture sans trop de commentaire.

Au revoir Galveston, au revoir le Golfe, au revoir le Texas !
Et au revoir et à bientôt, Sylvia et Bernard !


Karin

Sea & Texan sun: http://www.karinetdavid.com/louisiane/sunny_xmas_in_texas/sea_texan_sun.html